Articles·Jumelages·Trésors d'archives

Histoire d’une amitié : le jumelage entre Beaune et Krems

Nous sommes en 2016. Cette année, le jumelage entre Beaune et Krems a fêté ses 40 ans! Pour l’occasion, rappelons-nous dans quelles circonstances ce jumelage a vu le jour :

Le premier contact entre Krems et Beaune a eu lieu le 2 avril 1973 : le Centre Culturel Français de Krems s’est fait l’intermédiaire entre les deux municipalités pour transmettre à la Ville de Beaune une demande de jumelage émanant de la ville de Krems.

La ville de Beaune a d’abord été réticente, étant déjà jumelée avec une ville germanophone (Bensheim). La grande distance entre les deux villes ne jouait pas non plus en faveur de Krems.
Plein de bonne volonté, la Confrérie des Viticulteurs de Krems a organisé du 23 au 26 juin 1973 un voyage à Beaune. A cette occasion, Henri Moine, alors maire de Beaune, a rencontré pour la première fois Hubert Schützner (le directeur du Centre Culturel Français de Krems qui avait envoyé la demande de jumelage).

A ce stade, il ne s’agissait pas d’un jumelage, mais d’une amitié entre deux villes viticoles. Les deux villes s’écrivent régulièrement, et l’on apprend avec fierté qu’en novembre 1973, Krems a organisé une « semaine bourguignonne » pour rendre hommage à la Bourgogne et à ses vins, plus particulièrement à Beaune.
Le 26 novembre 1973, Hubert Schützner trouve les bons mots en insistant gentiment sur sa demande de jumelage dans un courrier adressé à M. Flamant, président du comité d’accueil :

« […] nous regrettons qu’un jumelage entre nos deux villes n’ait pu être réalisé, d’autant plus que, de notre côté, nous avions l’intention de considérer ce jumelage – vu la grande distance qui nous sépare – comme plutôt platonique.
On aurait échangé quelques visites officielles au départ, et pour l’avenir de temps en temps quelques jeunes gens étudiant respectivement le français et l’allemand. Notre ville étant déjà jumelée avec deux villes allemandes et une ville italienne, les activités de nos fonctionnaires municipaux seraient naturellement très limitées dans ce domaine. Cependant, je suis sûr que chaque année quelques-uns de mes compatriotes se rendraient à BEAUNE en simples touristes pour visiter « leur » ville-soeur et « leur » Bourgogne.
C’est très dommage……. Le dernier mot est-il dit déjà définitivement ? […] »

En réponse, Henri Moine propose dans son courrier du 10 décembre 1973 que le conseil municipal fasse une visite à Krems en avril 1974.
Le 9 avril, Beaune se voit contraint d’annuler ce voyage. En effet, le Président de la République, Georges Pompidou, est décédé subitement le 2 avril 1974 et une élection présidentielle anticipée doit être organisée au plus vite, rendant tout voyage impossible.

La visite des Beaunois est finalement reportée un an plus tard, les 23, 24 et 25 mai 1975. Dans un courrier de remerciement adressé au bourgmestre de Krems, Henri Moine raconte comment la ville autrichienne l’a charmé par sa beauté et par l’accueil et la gentillesse de ses habitants. Il termine sa lettre par ces mots :

« […] J’espère que des contacts féconds suivront ce pré-jumelage […] »

Le 27 février 1976, le conseil municipal de Beaune délibère et accepte la demande de jumelage de Krems.

Les 22 et 23 mai 1976, une délégation autrichienne se rend à Beaune, et la charte du jumelage est officiellement signée le 23 mai 1976.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s