Articles·Associations·Trésors d'archives

Naissance et mort du Comité beaunois des Amis de la Musique (1920-1939)

poisot-2C’est le 22 décembre 1920 que se constitue le comité beaunois des Amis de la Musique dont le but affiché est d’« assurer la régulation des grands concerts dans notre ville ». Ce comité local s’appuie sur l’organisation centrale basée à Paris et sur le groupement dijonnais présidé par Georges Chevignard.

Le comité beaunois est né grâce à l’initiative du docteur Marcel Poisot (né à Beaune le 19-02-1874, mort à Beaune le 2-11-1942), époux de Marie Latour (1877-1969) fille du négociant Louis Latour. Marcel Poisot fait ses études au Collège de Beaune, à la faculté des sciences de Dijon puis à l’hôpital de Genève avant de devenir interne des Hôpitaux de Paris. Marcel Poisot soutient sa thèse en 1908 sur Les érythèmes graves, particulièrement dans la fièvre typhoïde. Alors qu’il aurait pu faire carrière à Paris, le docteur Poisot revient dans sa ville natale et exerce sa profession aux Hospices de Beaune où il obtient un poste de médecin titulaire en 1918.

Marcel Poisot s’investit énormément pendant la Première Guerre mondiale dans les hôpitaux auxiliaires installés à Beaune. Il s’intéresse également à l’éducation physique à laquelle il sensibilise les enseignants lors d’une conférence en 1927 dont le texte est conservé aux Archives de Beaune (cote 45 Z 390).

Mais Marcel Poisot est aussi un mélomane, on ne peut donc s’étonner de le voir prendre l’initiative de créer une association des Amis de la Musique.

En cette fin de 1920, la réunion fondatrice des Amis de la Musique se déroule chez Marcel Poisot au 52 de la rue Thiers en présence de son épouse Marie, de Madame Charles Bernard, Monsieur Jolliot-Paulin, du pharmacien Bertrand, du directeur de la Banque Chevignard, M. Lavirotte.

Etaient excusés : Madeleine Collin, Monsieur Archinet, professeur au Collège Monge et Monsieur Parreau.

Il s’agit, avec ce comité des Amis de la Musique, d’une « œuvre de décentralisation artistique » et « dont le but est de vulgariser la belle musique. ». Les statuts prévoient le cachet des artistes. Le rôle du comité est de recevoir chaque mois de septembre le plan général de la saison artistique, organiser les séances, assumer la responsabilité financière. Le but répété plusieurs fois est de donner accès à « la belle musique » à tous en faisant des prix aux internes des écoles beaunoises, aux groupements musicaux beaunois, aux familles nombreuses, « voire même aux ouvriers ».

Le choix de la salle destinée à accueillir les concerts est sujet à discussion au sein du groupe : certains proposent la salle du Patria que d’aucuns jugent trop petite, trop basse et souffrant d’une acoustique médiocre. La salle des fêtes de l’hôtel de ville ne trouve pas non plus grâce aux yeux des membres du Comité car elle est inchauffable. Quant au Théâtre municipal, il entraîne des frais trop élevés. C’est finalement la salle du cinéma Pathé, située avenue de la Gare dont le prix reste raisonnable.

A chaque concert, une quête sera faite au profit d’une œuvre de guerre, n’oublions pas que nous sommes en 1920. La discussion suivante porte sur le mode de communication le plus efficace et le moins cher : aux affiches murales trop chères sont préférées les insertions dans les journaux qui sont gratuites ! Le programme du concert sera disponible quelques jours avant à la librairie Cretin qui gérera également la location de places.

Le Comité, pour être viable, s’est assuré de l’intérêt de la population locale qui a répondu présente avec au moins 250 adhérents. Le prix des places est fixé à 6 francs par carte et par concert.

En mai 1921, le comité se pose la question de l’acquisition d’un piano mais renonce devant l’importance de la dépense.

Les réunions suivantes sont consacrées à l’approbation des programmes, la présentation des budgets.

Lors de la séance du 29 mars 1922, le comité évoque la possibilité d’organiser un concert gratuit pour ses adhérents et proposé à prix réduit aux non adhérents afin de faire de la publicité à l’association et remercier les fidèles. Au cours de la même réunion, un concert de musique ancienne (XVI au XVIIIe siècle) est envisagé.

En mars 1923, de longues discussions ont trait au paiement des droits d’auteur qui grèvent le budget et poussent le comité à renoncer à certains concerts. Comme le cachet des artistes augmente, la question du prix des places et de sa majoration se pose également mais on conclut qu’il convient de maintenir les prix afin de ne pas perdre d’abonnés.

poisot-1Le 10 novembre 1927, le comité entérine le départ de Lavirotte, le trésorier, remplacé par M. Thiébaut, nouveau directeur de la banque Chevignard. Lors de cette séance, on fait le bilan des années passées : depuis sa création, le comité a redistribué 4250 fr aux œuvres locales, somme à laquelle il convient d’ajouter le produit des quêtes qui s’élève en moyenne à 7 ou 800 fr par an. Après avoir validé le programme, le Comité approuve le changement de salle de concert : ils auront désormais lieu faubourg Madeleine, au cinéma Familia.

En 1928, nouveau changement de salle suite à une apparente mésentente avec l’exploitant du Familia, c’est désormais la salle des fêtes de l’hôtel de ville qui accueille les concerts, même si le comité tente d’autres salles comme le Patria en 1931 où l’expérience se révèle « désastreuse ».

En novembre 1934, le trésorier Thiébaut quitte son poste et est remplacé par M. Pignon, caissier de la Caisse d’Epargne.

En mai 1936, « le déficit annuel devenant considérable, les abonnés ne se renouvelant pas, le comité décide de suspendre les concerts des Amis de la Musique. Le groupement, sans se dissoudre, se mettra en sommeil et attendra des temps meilleurs. »

La séance du 5 juillet 1939 met fin à l’existence du Comité beaunois des Amis de la Musique : « En présence des événements graves qui se préparent et de la guerre prochaine à peu près certaine, le comité décide de sa dissolution. » Le Comité répartit son actif entre les œuvres locales. C’est sans doute avec tristesse que le docteur Poisot termine son cahier par ces mots : « les Amis de la Musique créés en 1920, sont déclarés décédés. »

Sources :

Archives municipales de Beaune, 45 Z 390

©Archives municipales de Beaune

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s