Articles·Trésors d'archives·Vigne et Vin

Les étiquettes de vin : des archives viticoles

Si les premières étiquettes de vin sont d’une grande simplicité, indiquant simplement le nom du cru et / ou du producteur, elles se complexifient peu à peu, répondant à des nécessités esthétiques et commerciales mais aussi à une volonté de mise en valeur du caractère historique des vins de Bourgogne.

L’ancrage des crus de Bourgogne dans le temps long représente pour la clientèle un gage de qualité et de longévité, un enracinement dans l’histoire. C’est ainsi qu’à partir des années 1930 fleurissent les étiquettes en forme de parchemin, parsemées de personnages représentatifs du Moyen Age ou d’éléments architecturaux emblématiques de la ville. L’écriture gothique se généralise et on note l’apparition sur l’étiquette de blasons plus ou moins fantaisistes.

Le Moyen-Age n’est pas la seule époque présente : le vin de Givry fait référence à Henri IV, les vins de Fixin offrent des étiquettes surmontées d’aigles impériales.

On trouve aussi des étiquettes parsemées de marquis et marquises tout droit sortis des Lumières et censés évoquer le raffinement de cette époque prérévolutionnaire. La Renaissance est parfois visible en particulier à travers la figure légendaire de Pantagruel, bon vivant et gros buveur.

Le folklore bourguignon s’invite sur l’étiquette avec ses layottes et ses fouleurs, toujours prêts à évoquer la période bénie de l’entre-deux-guerres.

L’utilisation de l’Histoire dans l’étiquette peut également être ponctuelle, à l’occasion de commémorations d’événements comme le Bicentenaire de la Révolution qui a donné naissance à pléthore d’étiquettes tricolores ou au contraire fleurdelisées. Le passage à l’an 2000 a donné lieu, quant à lui, à une impressionnante production d’étiquettes célébrant la cuvée de l’an 2000.

Enfin, l’actualité devient ensuite un fait historique, donnant du prix à une étiquette apparue à un moment particulier de l’histoire locale ou nationale. C’est le cas par exemple de la cuvée des dames hospitalières clos du maréchal Pétain des Hospices de Beaune. Les Hospices de Beaune se distinguent également en 1970 lors de la visite du président Pompidou en créant une cuvée à son nom.


Les Archives municipales de Beaune font savoir qu’elles acceptent avec enthousiasme les dons d’étiquettes de toutes époques et de toutes régions afin de compléter leurs fonds et de l’ouvrir aux chercheurs et aux passionnés.
Contact : archives@mairie-beaune.fr, 03 80 24 56 83.

Crédit photo : Archives municipales de Beaune

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s