1914 - 1918·Vigne et Vin

Les Fêtes Vinicoles Beaunoises de 1921

1921, un calendrier chargé

Sous la cote F III § 2 Art 2 (formule ésotérique qui vous ouvrira les portes du temps) vous trouverez un dossier portant sur l’organisation des Fêtes vinicoles Beaunoises. La pochette est épaisse : correspondances, comptabilité, devis, photographies, catalogues d’expositions, affiches de conférences… Si l’on complète tout cela par les riches compte-rendu des journaux de l’époque, notamment celui du Journal de Beaune du 15 novembre 1921 on obtient un tableau fidèle des festivités. Ce n’est pas qu’une fête du vin et de la vigne qui se tient à Beaune entre le 10 et le 13 novembre 1921. L’édition est marquée par de nombreux évènements comme la célébration du centenaire de la naissance du peintre beaunois Félix Ziem, mais aussi par les commémorations du 11 novembre 3 ans seulement après la fin de la Première Guerre mondiale. À cela s’ajoutent des expositions d’Art bourguignon, des concerts et des conférences. On peut signaler aussi que la 1ère Foire Gastronomique de Dijon a reçu à Beaune un accueil plus que mitigé. Les fêtes sont fortement marquées par la Guerre qui vient de se terminer. Ainsi, « l’Hommage aux Héros de la Grande Guerre » fait partie intégrante du programme. De même les références aux Poilus, aux disparus et à la Victoire sont nombreuses dans les discours et dans la presse.

Programme des Fêtes Vinicoles Beaunoise pour 1921, F III § 2 Art 2

Vins et Culture

« Les Bourguignons sont amis des bons vins et des jolies paroles ». Cette phrase est tirée du discours de Monsieur le Sénateur Claude Chauveau qui présida le grand Banquet Bourguignon qui clôturait les Fêtes. Et cette alliance de belles paroles et de vins nous la retrouvons dans la grande conférence-concert donnée par Maurice Emmanuel qui était alors Professeur au Conservatoire de Paris. Le thème en était les Vieilles Chanson bourguignonnes. La séance fut une alternance entre le discours de Maurice Emmanuel et l’interprétation de ces refrains traditionnels par Madame Serraz et Monsieur Mornioroli accompagnés au piano par Monsieur Poillot. Il semble que la conférence donnée au Théâtre municipal devant « une salle bondée et composée de l’élite de la population beaunoise » ait été un franc succès et fait parler en ville pendant toute la durée des Fêtes de 1921.

L’Art est aussi mis à l’honneur durant l’hommage au peintre Félix Ziem, né en 1821 à Beaune, avec l’inauguration d’un buste à son effigie. De plus une exposition de peinture et de sculpture avait été ouverte le même jour, 10 novembre.

Exposition Viti-Vinicole

Outre la dimension culturelle et festive, ces fêtes sont l’occasion de plusieurs expositions agricoles et industrielles. Ainsi sous les Halles se tient le 12 et 13 novembre une exhibition de matériel agricole : « moto-pompe automatique », « pompe à vendanges égrappée », « pressoirs fixes et sur roues », « fouloirs à vendanges et à fruits » motorisés… une foire à la nouveauté que le progrès a renvoyé aujourd’hui dans les vitrines des musées. L’année 1921 marque la 58ème édition de l’exposition des vins. Le Jury de l’exposition dresse le portrait suivant de la récolte de 1921 dont le journal donne des extraits :

« Au commencement de l’année 1921, des gelées de printemps et quelques orages, heureusement localisés, vinrent diminuer l’importance des récoltes. Celle-ci déficitaire par rapport à celles des années précédentes, donne cependant, au point de vue de l’ensemble de ses qualités, l’impression la plus heureuse. Un soleil ardent, un été très sec permirent à celle-ci d’échapper aux maladies cryptogamiques ».

Enfin une curieuse Foire au Miel a rencontré un franc-succès parmi les curieux.

La Vente des Vins

La Vente des Vins fins des Hospices de Beaune s’est tenue le 13 Novembre à 14h. Par les faibles rendements, la Vente 1921 est une vente calme. Le journal déplore l’absence de certains acheteurs habituels mais signale le retour des Anglais et des Belges. Beaucoup de Restaurants et Hôtels de Paris et de Lyon sont inscrits parmi les enchérisseurs. Pas de Pièce de charité ni de Président ou Présidente comme de nos jours. La tradition ne fut introduite qu’après la Seconde guerre mondiale. La vente rapportat 276 299,60 Francs soit environ 315 000 € d’aujourd’hui.


Tiré de l’article paru dans l’Echo des Coms n°255 du 9 novembre 2021 – Archives de Beaune

Publicité

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s