Élus beaunois – R

RAKIC Marie-Laure : Premier adjoint en charge de la Famille, de l’Education et de la Questure

RATEAUX Georges : conseiller municipal en 1919. Domicilié faubourg Bretonnière

RICAUD Ferdinand : conseiller municipal, domicilié 26 faubourg Madeleine

RICAUD Pierre : premier adjoint au Maire en 1919. Domicilié boulevard Saint-Nicolas.

RICHARD-DEMANQUE François-Jacques : conseiller municipal en 1904

RICHARD D’IVRY (de) Nicolas : Né à Beaune en 1762, il épouse Louise Éléonore de Ganay en 1785. Sa carrière est principalement militaire puisqu’il est capitaine au régiment de la Reine-Cavalerie en 1787, et rejoint l’armée de Condé de 1791 à 1801 pour lutter contre les armées révolutionnaires. Propriétaire du château de Coraboeuf et de l’hôtel de Richard d’Ivry à Beaune (aujourd’hui rue Paul Bouchard), il est également chevalier de l’ordre de Saint-Louis. Il porte le titre de marquis de Richard d’Ivry. Royaliste modéré, il est nommé maire de Beaune en août 1814 à la Première Restauration, suite à la destitution de Jean-Baptiste Edouard. Il sera à son tour révoqué durant les Cent Jours (pouvoir donné à Jean-Baptiste Edouard), puis sera à nouveau nommé en juillet 1815. Il démissionne en 1816. Ami de Jean-Baptiste Edouard, les bonnes relations qu’ils entretenaient leur ont permis de vivre ces passations de pouvoir dans le calme, de modérer l’impact des tensions nationales à Beaune, évitant ainsi de graves incidents entre républicains et royalistes Il deviendra ensuite conseiller général en 1824 et administrera les Hospices de Beaune de 1826 à 1830. Il est le grand-père de Paul de Richard d’Ivry, compositeur beaunois. Il décède dans sa ville natale en 1850.

ROBERJOT Georges : conseiller municipal en 1933. Domicilié 16 rue d’Alsace

ROBIN-DECOMBERT : conseiller municipal en 1896

ROBLIN Louis : conseiller municipal, domicilié 4 faubourg Bretonnière, réélu en 1925, 1929

ROCAULT Jean-Jacques :  Né à Beaune en 1780, il épouse Jeanne-Agathe Masson d’Autume qui décèdera, puis à Jeanne Charpy de Jugny. C’est un des membres de l’éminente famille Rocaut qui, venue du hameau d’Orches, appartint ensuite à la bourgeoisie beaunoise avant d’accéder à la noblesse au XVIIIe siècle. Conseiller municipal en 1815, il est nommé maire de la ville en 1816 et succède à Nicolas de Richard d’Ivry. Ultraroyaliste, il défend les valeurs de la monarchie française d’Ancien régime et participe à la destruction des emblèmes révolutionnaires. Il exige de Jean-Baptiste Edouard, l’un de ses prédécesseurs, qu’il lui remette le drapeau bleu blanc rouge dans le but de le brûler, sur ordre de la préfecture, mais il essuie le refus d’Edouard. Il rétablit également le lien de la municipalité avec l’Église et en 1820, il permet à l’école des Frères de la doctrine chrétienne de s’installer, soutenant ainsi l’enseignement religieux au détriment d’un enseignement plus laïc. En 1823, il est nommé sous-préfet de l’arrondissement de Beaune (à l’époque, c’est le seul sous-préfet originaire de Beaune) et quitte donc son poste de maire à cette date. Il restera Sous-préfet jusqu’en 1830. Il est aussi conseiller général de la Côte d’Or de 1817 à 1824, chevalier de l’Ordre royal de la Légion d’honneur et de l’Ordre du Lys. Il décède à Beaune en 1859.

ROLLIN Auguste : né en 1868, receveur des Postes, élu troisième adjoint au Maire le 5 novembre 1932. Conseiller municipal en 1935. Membre de la SFIO. Domicilié 5 place Madeleine.

ROUSSEAU Annie :

ROUSSEAU Étienne : conseiller municipal en 1896

ROUSSEAU Jean-Baptiste : conseiller municipal en 1904. Domicilié 11 place Madeleine

ROUTY de CHARODON Louis : Né à Beaune en 1783, il épouse Joséphine Bizouard de Montille, et est père de 6 enfants. C’est un riche propriétaire qui possède des terres sur de nombreuses communes voisines et notamment les châteaux d’Evelle, de Molinot et du Poil à Montagny-lès-Beaune. Il possède également un hôtel particulier rue Marey à Beaune. En 1830, il est le contribuable qui paye le plus d’impôts à Beaune. Il est nommé maire de Beaune en 1823, prenant la succession de Jean-Jacques Rocaut devenu sous-préfet. Royaliste et légitimiste, il est également conseiller d’arrondissement de Beaune de 1828 à 1829 et conseiller général de 1829 à 1830. Son père, Pierre Routy de Charodon était un chevalier du poignard (noble ayant défendu le roi le 10 août 1792 lors de l’attaque des Tuileries). Durant son mandat, il a diminué les crédits alloués à l’école mutuelle, ce qui a conduit à sa fermeture. Il maintient les liens étroits entre l’aristocratie et le clergé puisqu’en 1824 il accueille une mission dont la croix est abattue en 1830. Il a également réhabilité les armoiries de la ville de BEAUNE en 1824, elles avaient disparu depuis la Révolution. Il démissionne le 25 août 1830, lors de l’instauration de la Monarchie de Juillet par refus de servir Louis-Philippe qu’il considère comme un usurpateur. Il décède à Beaune en 1851.

ROUX Philippe : Conseiller délégué en 1995 en charge de la réglementation. Aujourd’hui Adjoint à la Médiation Sociale et à la Vie des Quartiers, au Devoir de Mémoire et au Monde Combattant.

ROYER-BABIN : conseiller municipal en 1896

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s